Veille linguistique globale
 
 
UPV

 

La « veille linguistique » telle que nous l'entendons ici est une sorte de plateforme d'obervation stratégique ou informationnelle permanente destinée à recueillir toujours plus d'éléments, dans le but d'enrichir nos connaissances d'un point de vue linguistique global.

 

 

 


Intelligence artificielle : des robots ont créé leur propre langage pour communiquer entre eux. Des chercheurs du laboratoire OpenAI ont entraîné des robots intelligents à développer leur propre langage, à créer des mots en fonction de leurs expériences, et à communiquer entre eux. Une expérimentation qui, complexifiée, apparaîtrait déterminante pour le développement de l’intelligence artificielle. Explications ici avec Recode.


L'espéranto n'a pas dit son dernier mot. Le médecin et linguiste Ludwik Zamenhof, aurait eu 158 ans ce 14 avril. À l'occasion de l'anniversaire de sa mort, il y a cent ans, en 1917, Le Figaro revient sur son invention : l'espéranto. Une langue aujourd'hui parlée par un peu plus d'un million de locuteurs, séduits par sa facilité, son aspect pratique et humaniste. Voir l'article en question ici.


Michel ZINK : « Le français risque de devenir une langue morte comme le latin ». Professeur au Collège de France et secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, il appelle écrivains et professeurs à prendre soin du français menacé de se fragmenter en différents dialectes. Voir l'article ici.


L'espagnol est actuellement en compétition avec le français et le chinois mandarin pour devenir la deuxième langue la plus étudiée au monde. Plus de détails et quelques chiffres ici.


« En algún momento de la historia humana, probablemente hace unos 50 000 o 100 000 años, los homínidos empezaron a comunicarse entre sí de una manera excepcionalmente compleja » Une vaste question et une nouvelle hypothèse sur l'origine du langage est développée ici.


La corporéité des signifiés. Une des principales difficultés de la lexicographie pour définir des signifiés est de construire des définitions appropriées aux concepts produits à partir de nos sens et de notre cerveau : les perceptions. Comment définir, par exemple, la couleur rouge, le goût sucré, les sons aigus, etc. ? Un début de réponse ici.


La magie du langage. Le langage humain a quelque chose de magique. Il permet que les concepts activés à un moment donné dans mon cerveau soient exprimés dans un code formé de sons, que mes interlocuteurs reçoivent par le biais de leurs oreilles, et qu'ensuite le cerveau de chacun d'entre eux décode pour leur faire connaître ma pensée. Comme il s'agit de quelque chose de quotidien, cela paraît banal, mais cette magie est l'un des phénomènes les plus complexes de l'univers. La suite ici.


Une langue meurt dans le monde tous les 14 jours ! C'est le triste constat qui est fait à juste titre dans cet article.


Le langage active les même zones du cerveau dans toutes les langues. La preuve ici.


Le mandarin est le « latin de l'Asie ». Cliquez ici.


L'UNESCO recense 2500 langues en péril. En France, 26 langues dont la moitié sont « en danger ». Voir ici. En Bolivie, plusieurs langues sont également éteintes ou sur le point de l'être. Rien à craindre par contre à ce qu'il paraît en ce qui concerne le quechua.


Sur le continent américain, on compte environ mille langues indigènes, ce qui correspond à 25% des idiomes du monde entier, mais beaucoup d'entre elles sont abandonnées par leurs locuteurs et sont victimes d'une sorte de « discrimination linguistique ». Heureusement, on continue à parler quechua en Équateur (entre autres) et on apprend même le guarani à Paris.


Une thèse originale : les langues romanes ne proviendraient pas du latin. Un petit livre paru en France en 2007 (Le français ne vient pas du latin, Yves Cortez, L'Harmattan) pourrait révolutionner le monde de la linguistique. Sa thèse fondamentale est que nous sommes dans l'erreur depuis des siècles en ce qui concerne la véritable origine des langues romanes. L'auteur, tout au long de douze chapitres délicieux à lire, nous présente ce que lui considère comme des preuves irréfutables contre ce que lui-même appelle une authentique aberration linguistique. Cliquez ici pour plus de détails.


Alors que certains s'adonnent à une sorte de « guerre » sur l'origine du castillan, d'autres spécialistes estiment sans doute plus sagement que l'on ne peut pas fixer précisément la naissance d'une langue dans le temps ou dans l'espace.


Le bilinguisme (ou plutôt le multilinguisme) est bon pour la santé ! Connaître une seconde ou troisième langue n'est pas seulement utile pour travailler ou pour voyager : cela aide à maintenir notre cerveau en forme. Plusieurs études assurent que parler plusieurs langues améliore nos capacités d'attention, de concentration et peut même retarder le développement de la maladie d'Alzheimer... Cliquez ici pour en savoir plus. Il est par ailleurs prouvé scientifiquement que le bilinguisme facilite l'apprentissage et l'acquisition d'une troisième langue.


 

 

Fin de la page. Cliquez
pour retourner à la précédente.

 

 
 
MémoInfos
Veille linguistique
Retour à l'accueil
[ Haut de page ]
 
[ Haut de page ]